Liste des produits pour le producteur : Biscuiterie Ouro

Logo biscuiterie ouro

Pour produire de la bière, on utilise des céréales germées qu’on empâte, qu’on brasse et qu’on laisse fermenter. A la fin du processus, il y a la boisson filtrée d’un côté et les résidus de céréales de l’autre. Ce sont les "drêches". Afin de valoriser ces résidus de production, Nicolas Bénard, a créé des gâteaux apéritif à base de drêches de brasseries locales.


Nicolas Bénard


Biscuiterie Ouro
35 ave. Gabrielle d'Estrées
37270 Montlouis-sur-Loire
Tel : 06 85 98 82 17
Nicolas Benard, fabricant de biscuits à base de drêches de brasserie en Touraine


L’histoire d’OURO, Biscuiterie Circulaire commence fin 2019. L’idée de fabriquer de la bière maison me trottait dans la tête depuis un certain temps. C’est en tombant par hasard sur un kit de bière « ma petite fabrique » en promotion dans le magasin du coin que j’ai décidé de me lancer dans l’aventure. Mon achat effectué, j’ai commandé un kit à bière de chez Brewdog pour mon premier brassin de 3l. À ce stade, je ne me suis pas interrogé sur les drêches de brasserie étant donné le petit volume produit.

Quelques semaines plus tard, j’ai enfin pu gouter à ma création. Mon essai fut plutôt réussi, malgré quelques oublis dans la recette. Ainsi, j’ai décidé de renouveler l’expérience un peu plus tard, sans utiliser un kit cette fois-ci.


Mars/Avril 2020, le confinement … Ma première bière "sans recette" Brune et sucrée


C’est le premier confinement de 2020 qui m’a poussé à mon second brassin de bière. Ne voulant pas passer une demi-journée complète de brassage et 4 semaines d’attente pour seulement 3L de bière, j’ai investi dans du matériel légèrement plus grand, un kit de brassage 8L. Et je me lançais fin mars dans la suite de l’aventure.

Cette fois, je me suis retrouvé avec beaucoup plus de matière et j’ai fait quelques recherches sur ces drêches. C’est notamment comme ça que je suis tombé sur la vidéo d’Une Bière et JV sur les drêches de Brasserie. J’étais ravi de savoir qu’on pouvait réutiliser les drêches pour faire des biscuits apéritifs ! J’ai toujours aimé cuisiné, je pouvais maintenant le faire avec les résidus de la bière que je brasse, génial !

Je me suis donc lancé dans la fabrication de biscuits, pour mon usage personnel, mais sans avoir la capacité de revaloriser l’ensemble de mes drêches.

En me rendant compte du potentiel de matière à revaloriser pour mon minuscule brassin de 8L, je m’imaginais les quantités de drêches co-produites par les brasseurs locaux. De plus, en grignotant mes premiers biscuits, je me faisais la réflexion que ce produit était presque parfait : il est bon, sain, et permet de réduire les déchets en les revalorisant.


Mai/Juin 2020, l’idée fait son chemin … Les premiers prototypes de crackers aux drêches, 8 saveurs différentes !

Au fur et à mesure des semaines, l’idée qui avait germé au fond de ma tête est devenu de plus en plus présente. J’ai commencé à regarder plus précisément ce qui se faisait déjà en France et si quelqu’un s’était déjà lancé dans la région. En constatant que ce n’était pas le cas, j’ai commencé à réfléchir à divers formats et goûts pour ces biscuits apéritifs upcyclés.

Le format qui s’est imposé assez rapidement est le format « cracker » rectangulaire. En effet, il permet d’obtenir un biscuit très croustillant et parfaitement adapté au « dipping« . Ce second point était essentiel pour moi, grand amateur de tartinables comme le guacamole, le houmous, ou les fromages frais. Au niveau des goûts, je me suis tout d’abord orienté vers des saveurs « du monde » curcuma/Cumin, Paprika …
Juillet/Août 2020, la prise de décision …
Prototypes plus récents de crackers aux drêches de brasserie (été 2020)Essais plus récents de crackers aux drêches (été 2020)

Après en avoir parlé autour de moi et avoir fait goûté mes nombreux prototypes de biscuits, j’ai décidé de me lancer dans l’aventure. Pourtant, je ne voulais pas me lancer sans préparation. J’ai donc fait des recherches sur les formations et/ou accompagnements existants pour les créateurs d’entreprise. Alors, c’est au cours d’échanges avec la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) de Tours que j’ai découvert la formation « 245h » « Se préparer à créer ou reprendre une entreprise ».

Cette formation m’est apparue comme étant la plus complète pour la création de mon entreprise, j’ai donc décidé de candidater.

En attendant le début de la formation en septembre, j’ai continué à travailler sur mes prototypes de biscuits. J’ai également commencé à réfléchir à l’étude de marché et à la formaliser.


Septembre/Octobre 2020, la formation 245h …

En septembre 2020, j’ai été accepté pour suivre la formation 245h de la CMA de Tours. Grâce à cet accompagnement, j’ai pu travailler sur l’ensemble du dossier de création d’entreprise. Tous les sujets ont été abordés : l’étude de marché, l’aspect financier, ainsi que quelques notions de communication.

Les échanges entre stagiaires et avec nos formateur.ices ont été d’une grande aide pour la structuration du projet.

C’est également pendant la formation que j’ai décidé de travailler au maximum avec des matières premières françaises. J’ai également validé mes deux recettes principales : herbes de Provence « label rouge » et piment d’Espelette AOP.


Novembre/Décembre 2020, le lancement d’OURO, Biscuiterie Circulaire de Touraine…

En novembre, j’ai finalisé les tâches administratives et j’ai commencé la prospection !

Le 7 décembre, j’ai reçu mon laminoir, outil essentiel pour pouvoir démarrer la production.

Début Janvier, j’ai réalisé mes premières ventes dans quelques épiceries de Touraine.


Atelier de production des biscuits à base de drêches de brasserie Biscuits à base de drêches de brasserie en Touraine
Résultats 1 - 2 sur 2.
Résultats 1 - 2 sur 2.